La lettre à Ménécée d'Épicure est un élément important pour mon travail, car elle résume en grande partie la pensée morale d'Épicure. Il donne en fait sa façon d'atteindre le bonheur à l'aide de différents points.

• D'abord, le première partie traite de l'importance de la philosopher dans la quête du bonheur : en fait, il n'est jamais trop tôt ou trop tard pour commencer. Selon Épicure, philosopher aide directement à s'occuper de la santé de l'âme. 

Un élément important que j'ai pu voir de cette lettre est le fait qu'elle utilise la doctrine du quadruple remède (tetrapharmakos), c'est-à-dire qu'Épicure énonce 4 façons pour se soigner des maux de l'existence, et donc, pouvoir mener une vie heureuse. Une citation intéressante  résume bien ces 4 façons que je développerai par la suite: «Le dieu n'est pas à craindre ; la mort ne donne pas de souci ; et tandis que le bien est facile à obtenir, le mal est facile à supporter » - Philodème dans Contre les Sophistes ( Source : Francis WYBRANDS, « LETTRES, Épicure », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 octobre 2013. URL : http://www.universalis-edu.com/encyclopedie/lettres-epicure/)

Les dieux ne sont pas à craindre (lignes 17 à 43)

Un des premiers maux de l'existence qui nous empêche d'être heureux est la peur du châtiment et du courroux des dieux. Pourtant, Épicure explique que les dieux existent d'une façon immortelle et bienheureuse, mais qu'il ne faut pas nécessairement croire ce que la foule dit des dieux (comme quoi ceux-ci seraient à l'origine des plus grands maux et des plus grands biens.) Leur état de béatitude et d'immortalité les rend indifférents au sort des humains.

La mort n'est pas à craindre (lignes 44 à 93)

La peur de la mort nous empêche d'être heureux, mais cela est insensé : comme la mort est privation de toute sensibilité, il n'y aura aucune souffrance physique ou psychologique lors de la mort. 

Citation intéressante : « Il n'y a reste plus rien à redouter de la vie, pour qui a vraiment compris que hors de la vie, il n'y a rien de redoutable. » (ligne 51)

Donc, en sachant cela, il n'y a plus de douleur autant dans la mort que dans l'attente de cette mort. «La mort n'existe ni pour les vivants ni pour les morts» (ligne 63)

Il est possible d'atteindre le bonheur 

Le bonheur est possible selon Épicure, et prenant compte de nos désirs. Il y a les désirs naturels et nécessaires, naturels et non nécessaires ainsi que les désirs vains. Ce sont ces premiers désirs qui sont nécessaires au bonheur. Pour arriver au bonheur, la réalisation de tous les plaisirs et désirs n'est pas ce qui est le plus important pour Épicure: ce qui compte surtout, c'est l'ataraxie, c'est-à-dire l'absence de souffrance physique et de l'âme (psychologique). 

«Tout plaisir, pris en lui-même et dans sa nature propre, est donc un bien, et cependant tout plaisir n'est pas à rechercher; parallèlement, toute douleur est un mal, et pourtant toute douleur ne doit pas être évitée.» (ligne 130)

La douleur peut être supprimée (elle est relative)

 Contrairement au plus grand bien, le plus grand mal (la plus grande douleur, par exemple) est limitée dans le temps et dans l'intensité. La souffrance ne peut durer toujours et elle ne peut pas toujours augmenter d'intensité. 

 

epicure

Source de l'image : http://www.reflecritiques.com/2011/11/epicure-et-lecole-epicurienne.html

La lettre à Ménécée résume bien la pensée d'Épicure, mais je reviendrai probablement bientôt avec d'autres éléments de sa pensée tirés d'autres sources. Aussi, je ferai bientôt des articles sur les contextes historiques d'André Comte-Sponville et d'Épicure.